Les GNiales Paris : Pauline raconte !


Les 29 et 30 octobre derniers, l’équipe de BE Larp s’est rendue aux GNiales Paris 2016, la grande convention parisienne du jeu de rôles grandeur nature. Figuraient au programme des conférences, des tables rondes et des ateliers en tous genres (l’accessibilité en GN, la gestion des émotions en GN, le GN et l’éducation, les questions politiques en GN, l’écriture d’un scénario de science-fiction etc.) Bref, il y avait une grande quantité de choses à découvrir sur le monde du GN et il semble qu’aucun participant ne soit rentré bredouille, bien au contraire. Parmi les GNistes présent(e)s sur place, il y avait Pauline (ou Pilu) , Manouche à Caldera, qui a fait la route aux côtés de BE Larp. Pauline a accepté de raconter son week-end riche en émotions aux GNiales.


Le dernier week-end d’octobre, je suis parti à Paris pour participer en tant que BE Larptienne, aux GNiales 2016. Une convention intense. En voici un petit retour.

Vendredi soir, 21h30

Gare du Nord, la nuit., Je m’arrête au milieu du hall., Une grande respiration, J’ouvre les yeux., Paris et les GNiales, j’arrive !

Quête : Rejoindre l’équipe de BE Larp dans Paris.

La traversée du cœur de la Ville Lumière à pied est revigorante. De Châtelet à Rue Mouffetard, je me sens aspirée par le chemin de mon GPS. La Tour Eiffel au loin, toute illuminée apporte une touche de magie. Notre-Dame apparaît dans toute sa splendeur au détour d’une rue. Le temps est doux contrairement à celui de Belgique (j’ai encore pris trop de vêtements chauds) Après un bon ¾ d’heure de marche, je m’assieds près d’une fontaine.

Quelques minutes plus tard, Fabrice vient me chercher. Nous retrouvons Barro, Benjamin et Déborah, dans une ambiance très joyeuse de milieu de soirée. Ils m’attendaient pour rejoindre notre hôte à Epitech, siège de la Convention de demain ! L’escapade nocturne se cadence sur une marche rapide et créative. Sur place, nous retrouvons Pauline, avec tout plein de joie, c’est beau. Apparemment, le GN en anglais de ce soir fut agréable à jouer.

Il est tard, toute l’équipe monte en voiture pour le couchsurfing. Le trajet fut des plus comiques. Entre cheveux, vessie pleine, contrat et accents folkloriques.

***

Samedi matin

Nous nous réveillons en douceur, avec une conversation philosophico-anthropo-saucio-frites passionnante, sur notre trajet en voiture. L’équipée sauvage arrive. Le badge s’enfile, les chapeaux de Pepito se découpent et je me délecte de ce calme avant la tempête.

Les conférences & ateliers

14876602_1332070870158627_5791175323291204826_oChaque conférence et atelier fut un plaisir: j’ai découvert énormément de possibilités. Celles auxquelles j’ai assisté portaient sur : L’éducation/culture, les émotions, l’immersion et l’écologie/circuits courts. J’ai participé à un seul atelier sur la méthode scénaristique Paradigme. Ce que j’ai pu noter, c’est un mignon chapeau bomb Pepito au début de la première conférence. Outre ce fait, les projets engagés dans ce domaine sont intéressants. La deuxième était une vision globale de la gestion émotionnelle en GN.

La troisième m’a marquée. Le thème de la convention était « Passerelles » et j’ai bien senti le contraste de conception de l’immersion. Les organisations de GN dans le sud, du moins en Italie, ont des procédés bien différents du nordique ou des franco-belge. Si bien que l’année prochaine, je me permets de partir en Italie pour vivre leur nouveau GN post-apocalyptic survival international. Leur mélange de la réalité et de la fiction est beaucoup plus poussé et m’intrigue fortement. La dernière m’a agréablement surprise, même si j’ai accusé un certain retard, la fin parlait de l’expérience sur le terrain, d’organisation du sud de la France, sur l’utilisation des circuits court en GN. Un petit mot sur l’atelier de création de scénarios de science-fiction : passionnant. Je vais d’ici peu l’expérimenter dans un de mes projet. Une pratique en groupe sympathique d’un dérivé.

Je préfère vous passer les détails sur les contenus de ces conférences, et vous encourage à venir au prochaines GNiales ou au Beta Larp 2017 pour faire le plein de vitamines.

Quête secondaire de recherche.

La pause de midi fut propice au pistage d’un homme. Comme dans beaucoup de conventions de ce genre, certaines conférences ou atelier intéressant peuvent tomber en même temps. Ce fut mon cas, l’atelier de scénario de science-fiction se déroule en même temps qu’une conférence sur l’immersion. Je comptais enregistrer la conférence pendant mon atelier. Pour cela, je me suis mise à la recherche du conférencier qui s’appelait Alessandro (et demander sa permission pour l’enregistrement). J’ai passé plusieurs heures à regarder les badges des différents participants. Introuvable, l’accueil m’a même dit qu’il y avait deux Alessandro italien conférenciers. Je me résous, au vu du rythme pépère de l’atelier, à assister physiquement à cette conférence. J’ai pu finalement rencontrer les 2 homonymes.

***

Dimanche matin

14889867_10154580368352508_6689641719299289029_oLe dernier jour de cette convention est plus relax. Fabrice, Déborah, et moi avons vécu 4 heures en compagnie de Pauline. Pour nous immerger dans son atelier de théâtre d’improvisation. Discipline que j’affectionne tout particulièrement, et c’est avec un immense plaisir que j’ai dégusté la moindre petite minute, que j’ai savouré la moindre petite seconde, jusqu’à se lécher les doigts à la fin. Ces moments furent magiques, c’est un petit laboratoire de personnages tout aussi délirants les uns que les autres. Avec une utilisation d’exercice d’impro judicieuse. Je tiens à souligner le personnage de Fabrice en ver de terre très pressé, avec la partie mime. Oui, nous nous sommes permis de parler immobilier avec lui. Cette activité met bien la patate !

Après tous ces joyeux moments et ces rencontres inoubliables, il est venu le temps des cathédraaaaaaaaaleuuuuuuuh …euh … Le temps du départ 

Gare du Nord, en fin d’après-midi, les copains et moi-même sommes arrêtés dans la file pour le Thalys, en plein milieu d’un plan Vigipirate. Nos routes se séparent ici, je suis dans une autre voiture. En avançant vers ce wagon, je me rends compte que je viens de vivre un weekend intense, beaucoup d’informations se bousculent pour rentrer dans mon petit cerveau. De nouvelles idées gigotent. J’ai une furieuse envie de vivre le GN autrement, plus loin, plus international. Le train file dans la nuit, je sens le froid revenir. Nous arrivons au terminus. Mon train pour Namur est à quai. J’ai quelques minutes pour sortir du Thalys et rejoindre mon fidèle destrier de métal.

Gare de Bruxelles midi, la nuit. Je descends à toute allure. Un au revoir furtif à Barro. Dans cette folle course au temps. Le quotidien, j’arrive.

Adishatz !

Bonus : Le samedi midi, je suis mon équipe, embarquée par Michael pour un miniGN. Nous avons découvert le Gn MexicaNordique, une bien belle tortilla sur une vibe d’air guitar mariachi. Une jolie dédicace à Pepito (merci pour la Battle de ouf de la mort qui tue du final ^^), et Merci à Michael et Pauline pour cette chouette poilade surprise.

Signé : * Ak$ha *


Merci à Pauline pour ce chouette compte-rendu. Nous en profitons pour remercier toute l’équipe d’organisateurs de l’événement qui ont fait de ce week-end de conférences une très belle réussite.

FacebookTwitterGoogle+PinterestPrintFriendly

Laissez un commentaire